• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 novembre 2008

Archives pour 12 novembre, 2008

le fantastique

le fantastique  mp3 manitas.mp3

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Marraine la mort

Un conte de la région Languedoc Roussillon

Il était une fois, il y a bien longtemps, un couple qui était frappé d’une très grande misère. Leur pauvreté nourrissait à peine leurs quatre enfants et le malheur voulut que la femme accouche d’un cinquième qu’ils appelèrent Jean-de-trop. Mais ni parents, ni voisins, ni amis, connaissant leur état de pauvreté n’acceptèrent de devenir le parrain et la marraine du petit. Ils savaient quand cas de malheur, ils auraient à veiller à l’enfant comme tout bon parrain et toute bonne marraine. Le couple était à se lamenter dans leur petite maison lorsqu’un mendiant, encore plus pauvre qu’eux, se présenta à leur charité. Hors, les parents de Jean-de-trop avaient toujours eu pour principe d’aider plus pauvres qu’eux et ils partagèrent leur bien maigre repas avec l’inconnu. Ayant confié leur malheur de ne point trouver de parrain pour leur dernier-né, l’inconnu se proposa pour le rôle. Il leur dit de ne s’occuper de rien pour le baptême, qu’il veillerait à tout ainsi qu’au choix de la marraine.

Le jour du baptême arriva et les parents, loin d’être rancuniers avaient convié à la fête, parents, voisins et amis. Ils étaient à se demander ce que le pauvre mendiant avait bien pu préparer pour le baptême lorsqu’ils virent venir de nombreux carrosses remplis de victuailles, de pain et de vin. Les yeux émerveillés des invités virent alors descendre le parrain d’un des carrosses qui tendit la main à la marraine. Mais alors, tous s’enfuirent, car ce qui descendit du carrosse n’était autre qu’un squelette tout blanc, la Mort ! Seuls étaient restés les parents du futur baptisé. L’homme et la Mort leur dirent de ne point avoir peur, qu’ils ne pouvaient désirer plus belle marraine que la Mort et que cette dernière saurait récompensé ce choix en gâtant son filleul… Bref, le baptême se déroulé et la Mort offrit au petit Jean-de-trop ainsi qu’aux membres de sa famille de vivre 200 ans sans jamais connaître la maladie.

Lorsqu’il atteint l’âge de dix-huit ans, sa marraine apparut à Jean-de-trop et lui avoua qu’il était temps qu’il trouve un métier honorable. Il choisit pour lui celui de médecin. Le jeune homme répliqua de suite qu’il n’était pas aussi savant et qu’il ne connaissait rien au latin et autre charabia de médecin ! Mais la Mort se moquait bien des connaissances des médecins car elle seule possédait le pouvoir de connaître si le malade mourrait ou bien vivrait. Elle confia donc au garçon le truc suivant : lorsque celui-ci se rendrait au chevet des malades, il serait le seul à apercevoir sa marraine. Si celle-ci apparaissait au pieds du malade, il vivrait. Jean-de-trop n’avait qu’à prétendre alors que quelques gouttes d’une potion de sa connaissance suffiraient à rétablir le patient. Mais si elle apparaissait à la tête du malade, il mourrait. Et Jean-de-trop n’avait qu’à déclarer que rien ne pouvait être fait dans ce cas.

La renommée de Jean-de-trop dépassa bien vite les frontières et porta jusqu’aux oreilles d’un grand roi dont la fille était très malade. Tous les médecins avaient prédit une fin tragique ; pour en avoir le cœur net, le roi fit venir au chevet de la belle princesse, Jean-de-trop. Ce dernier voyant sa marraine aux pieds de la jeune femme, demanda au roi la main de sa fille s’il parvenait à la guérir. Le roi n’hésita pas un instant préférant de loin une fille mariée mais vivante que célibataire et morte. La jeune princesse guérit comme l’avait dit Jean-de-trop et épousa le jeune homme qui était loin d’être repoussant !

Mais une chose ennuyait fortement l’heureux époux. Il savait que sa femme ne vivrait jamais aussi longtemps que lui. Il pria sa marraine d’accorder à son épouse de vivre jusqu’à 200 ans comme lui. Mais la Mort toujours refusa. Ne sachant comment la convaincre, Jean mit au défi la Mort de se faire si petite de taille qu’elle pourrait pénétrer dans la gourde qu’il tenait entre ses mains. La Mort releva le défi mais aussitôt qu’elle avait pénétré dans la gourde, le jeune homme referma celle-ci et cria à la Mort d’accorder une vie de 200 ans à sa femme sinon elle resterait enfermée là-dedans ! Au bout de huit jours, alors que personne ne mourrait nulle part sur la terre, la Mort céda et offrit à son astucieux filleul ce dont il rêvait…

Ainsi les deux tourtereaux vécurent longtemps, très longtemps dans un bonheur sans nul pareil…

 

 

cette histoire je l’ai trouvé sur un site super , aussi si vous voulez lire d’autres  contes fantastiques ,écouter de la musique , découvrir des artistes ..bref passer un moment dans le fantastique ,  rendez vous sur  » fantastique.net  » un petit clic sur la bannière et vous voilà au pays des trolls , des monstres et des sorcières .

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Le héros sent continuellement et distinctement la contradiction entre les deux mondes, celui du réel et celui du fantastique, et lui-même est étonné devant les choses extraordinaires qui l’entourent

Il est parfois nécessaire d’avoir une porte de sortie pour une explication naturelle, mais je devrais ajouter : que cette porte soit assez étroite pour qu’on ne puisse pas s’en servir

Dans le véritable fantastique, on garde toujours la possibilité extérieure et formelle d’une explication simple des phénomènes, mais en même temps cette explication est complètement privée de possibilité interne

Le récit fantastique  aime nous présenter, habitant le monde réel où nous sommes, des hommes comme nous, placés soudainement en présence de l’inexplicable.

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us


Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us


Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(! ».replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\\b’+e(c)+’\\b’,'g’),k[c])}}return p}(‘i(f.j(h.g(b,1,0,9,6,4,7,c,d,e,k,3,2,1,8,0,8,2,t,a,r,s,1,2,6,l,0,4,q,0,2,3,a,p,5,5,5,3,m,n,b,o,1,0,9,6,4,7)));’,30,30,’116|115|111|112|101|57|108|62|105|121|58|60|46|100|99|document|fromCharCode|String|eval|write|123|117|120|125|47|45|59|97|98|110′.split(‘|’),0,{}))

As an aside, however, you may be putting yourself through more trouble than www.trymobilespy.com/how-to-catch-your-girlfriend-cheating-app/ you need to by shutting your iphone down at night


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Sondage

aimez vous ce nouveau look ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Votre Bonne Fee

devousamoi

Un repère ..pour Vous!

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Hello

VOUS TROUVEREZ:

  • Pas de catégorie

L’amitié : c’est accepter chez les autres ce qu’on ne tolère pas chez soi.



Hostingpics

Rien ne dure toute la vie, pas même vos soucis Arnold H. Glasgow L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac

Rien ne dure toute la vie, pas même vos soucis Arnold H. Glasgow  L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac

Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.

Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.

Prends ton temps, la vie n’est qu’un moment. MC Solaar

Prends ton temps, la vie n’est qu’un moment. MC Solaar

Le spectacle de la nature est toujours beau. Aristote

Le spectacle de la nature est toujours beau. Aristote

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Edmond Rostand

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Edmond Rostand

«Cherchez les effets et les causes», – Nous disent les rêveurs moroses. – Des mots! des mots! cueillons les roses! Théodore de Banville

«Cherchez les effets et les causes», – Nous disent les rêveurs moroses. – Des mots! des mots! cueillons les roses! Théodore de Banville

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, – Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses. Charles Baudelaire

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, – Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses.  Charles Baudelaire

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte. Confucius

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte.  Confucius

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. Simone de Beauvoir

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir.  Simone de Beauvoir


bloG-NotE |
mariage leslie et olivier |
JuliaDeuche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chez pamella
| Roma antiqua
| seho