Archives pour la catégorie fantastiques

légende et mytologie , femme serpent

 

Ismael Lo – Jammu Africa

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

Image de prévisualisation YouTube   à marie , nature insolite

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
La Vouivre : Femme de légende

 

C’est un serpent ailé dont le corps est recouvert de feu.
Elle a sur le front un oeil unique,
diamant luminescent qui éclaire et qui projette une vive lumière que l’on voit de très loin.
Lorsqu’elle se montre en femme,
elle est très belle mais tout autant redoutable que sous son aspect de dragon.
La nuit, elle traverse les airs en battant bruyamment des ailes,
guidée par l’escarboucle lumineuse qui lui sert de regard.
Le jour, elle reste à dormir, lovée au fond d’une caverne, puis descend vers la rivière pour se baigner.
Tantôt elle vole jusque-là,
s’ébroue et bat des ailes comme le font les oiseaux,
d’autres fois elle se coule dans les flots avec sa peau d’écailles et sa queue ondoyante,
mais le plus souvent elle préfère se dépouiller de ses fabuleux atours
afin de sentir la fraîche caresse des eaux contre son corps nu.
Dans l’herbe, à l’abri des regards,
elle cache sa parure serpente et dépose dessus l’oeil précieux.
Combien sont venus l’épier,
attendre cet instant pour lui voler son bien.
Le maraud n’a qu’à tendre le bras pendant que la Serpe s’éloigne d’une brasse argentée,
attraper le bijou et s’enfuir.
On dit que, privée de cette escarboucle, la Vouivre ne voit plus rien.
Il n’a pas encore refermé les doigts sur la pierre qu’un horrible sifflement le glace jusqu’aux os.
Il voit surtout les dents pourléchées par une langue bifide,
et au milieu du front de la bête,
son visage convulsé de terreur que les mille facettes du diamant déchirent en morceaux.

On a beau les prévenir,
c’est toujours la même chanson.
On les retrouve déchiquetés, disloqués ou calcinés,
et dès qu’on veut les retirer de la vase, ils tombent en poussière,
tandis que la Vouivre ressurgit toujours triomphante des flots.

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

La Vouivre est peut-être la plus célèbre des légendes de Franche-Comté .

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Lamia

Dans la mythologie grecque, Lamia  est la fille du roi Bélos (ou bien de Poséidon et de Libye selon les traditions). Elle fut l’amante de Zeus et encourut la jalousie d’Héra, qui tua ses enfants et égara son esprit en empêchant ses paupières de pouvoir se fermer, afin qu’elle n’ait plus de repos. Devenue folle, Lamia prit une apparence monstrueuse (buste de femme et corps de serpent) et se terra dans une caverne. Jalouse des autres mères, elle en sortait parfois pour dévorer un jeune enfant. Zeus, apitoyé, lui permit d’ôter ses yeux pour pouvoir dormir, et de les remettre à son réveil. Lamia passe parfois pour la mère de Scylla.

D’après Antoninus Liberalis, Lamia terrorisait la région de Delphes, et exigeait qu’on lui sacrifie un enfant. Alcyonée avait été choisi pour être livré en pâture au monstre, mais Eurybatos, compatissant, proposa de se substituer à lui : il parvint à se saisir de Lamia et à lui fracasser la tête.

Le personnage de Lamia servait, chez les anciens, de croque-mitaine pour effrayer les enfants.

En Afrique, les Lamia étaient présentées comme des créatures ayant la tête et la poitrine d’une femme et un corps de serpent; Elles attiraient les hommes dans une étreinte ultime afin de les dévorer.

 


Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

les gorgones


Homère ne parle que d’une Gorgone. Dans l’Odyssée (XI, 633), la Gorgone  était un monstre des Enfers. Selon Hésiode (Théogonie, v. 274), il s’agissait de trois filles des divinités marines Phorcys et Céto : Sthéno, Euryale et la plus célèbre, Méduse, qui était mortelle, contrairement à ses deux sœurs qui ne connaissaient ni la mort ni la vieillesse. Hygin donne une filiation différente : Gorgone serait issue du Géant Typhon et d’Échidna, puis engendra Méduse et ses sœurs. Leur demeure se trouvait de l’autre côté de l’océan occidental,au mont Hélicon et selon d’autres versions, en Libye. Plus tard, Euripide ne mentionna qu’une Gorgone, un monstre conçu par Gaïa (La Terre) pour aider ses fils les Géants dans leur bataille contre les dieux, et qui fut tué par Athéna. Gorgone est l’une des trois soeurs qui a gagné la guerre contre les cyclopes.
La gorgone Méduse par Le Caravage
Méduse, mosaïque de l’ancienne Hadrumète au Musée archéologique de Sousse

On les représentait comme des jeunes femmes, souvent avec des ailes et de grandes dents, leur chevelure était constituée de serpents. Selon Ovide (les Métamorphoses), seule Méduse possédait de tels cheveux. Poséidon, attiré par la couleur dorée des cheveux de cette Gorgone, s’était unie à elle dans le temple d’Athéna et cette dernière lui donna cette apparence en guise de châtiment. Les Gorgones avaient parfois des ailes d’or, des serres de cuivre et des défenses de sangliers. Eschyle écrit qu’elles n’avaient qu’un seul œil et une seule dent à elles trois, comme leurs sœurs Grées. Leur regard figeait ceux qui voyaient leurs visages tellement elles étaient laides.

Persée, armé d’un bouclier, dont l’intérieur servait de miroir pour éviter d’être pétrifié par le regard du monstre, et d’une épée offerte par Hermès, put trancher la tête de Méduse. Du sang qui jaillit de son cou émergèrent Chrysaor et Pégase, tous deux conçus par Poséidon. Persée offrit la tête de Gorgone, le Gorgonéion (Γοργόνειον / Gorgóneion) à Athéna (Bibliothèque, II, 4, 2-3). Elle en orna son bouclier, l’égide, qui conserva ce redoutable pouvoir.

Selon certaines versions du mythe, du sang pris sur le côté droit d’une Gorgone pouvait ramener un mort à la vie, tandis que celui pris sur son côté gauche devenait un poison fatal et instantané. On dit aussi qu’Héraclès reçut d’Athéna une boucle des cheveux de Méduse (qui possédait les mêmes vertus que sa tête) et la donna à Stéropé, la fille de Céphée, pour protéger la ville de Tégée contre les attaques.


 

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

le Nâga                         ( un intrus …. c’est un homme ! )Clin doeil

 

Le nâga (नाग ou serpent en sanskrit) est un animal fabuleux de l’hindouisme, à corps de serpent et souvent représenté à plusieurs têtes, souvent chimériques et effrayantes : capuchon de cobra, gueule de chien, yeux exorbités et parfois humaines.

Dans les légendes de l’Inde et de tout le Sud-Est asiatique, les nâgas sont des habitants du monde souterrain où ils gardent jalousement les trésors de la terre.
Ils ont pour ennemi naturel l’aigle géant mythique appelé Garuda, mais nâgas et Garuda ne sont en fait que deux incarnations de Vishnou, les deux aspects de la substance divine, en qui ils se réconcilient.

Le nâga représente le cycle du temps, tout comme l’Ouroboros des Grecs.
Le nâga est gardien et protecteur, médiateur entre ciel et terre, et intercesseur entre ce monde et l’au-delà, parfois associé à l’arc-en-ciel (Bouddha descend du ciel sur un escalier qui est un arc en ciel, dont les rampes sont deux nâgas). À Angkor (Angkor-Thom, Prah Khan, Banteai Chmar), des chaussées à balustrades en forme de nâga symboliseraient[1] cet arc-en-ciel, avec Indra à leur extrêmité (Dieu de la foudre et de la pluie). Dans l’iconographie khmer, le nâga à nombre impair de têtes est mâle, tandis que les femelles en ont un nombre pair.
Sur certains linteaux d’Angkor, pouvant symboliser la porte du ciel sont figurés Indra et la Makara crachant deux nâgas.

Ce nâga serait peut-être à rapprocher de l’Uraeus, ou cobra en colère, qui orne le front de Pharaon, concentrant en lui les propriétés du soleil, vivifiant et fécondant, mais capables aussi de tuer, en desséchant ou brûlant.

De nombreux mythes évoque un serpent mythique, du monde souterrain (la Vouivre, puissant serpent souterrain des celtes ou le dieu serpent-oiseau fréquent en Amérique du sud), qui peut aussi évoquer les interprétations freudienne du serpent.

C’est aussi au nâga qu’on doit la fertilité du sol et la fécondité des femmes.

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 


Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Un chevalier part en croisade. Auparavant il met une ceinture de chasteté à sa jeune épouse, puis il convoque l’écuyer de la dame en disant :
- Je te confie la clé de la ceinture de chasteté. Conserve-là en permanence sur toi et ne la donne à personne. Si dans trois ans, jour pour jour, je ne suis toujours pas de retour, c’est que j’aurai péri sous les murs de Jérusalem. Alors, et alors seulement, tu ouvriras la serrure.
Et il s’en va… Trois heures plus tard, sur la route, un cavalier le rejoint au grand galop dans un nuage de poussière.
C’est l’écuyer, qui lui dit d’une voix haletante :
- Ah, monsieur le comte, c’est une chance que j’aie réussi à vous rattraper ! Vous ne m’avez pas donné la bonne clé…

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


1234

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Sondage

aimez vous ce nouveau look ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Votre Bonne Fee

ptit bout de femme

Un repère ..pour Vous!

juin 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Hello

VOUS TROUVEREZ:

L’amitié : c’est accepter chez les autres ce qu’on ne tolère pas chez soi.



Hostingpics

Vos réactions .

Rien ne dure toute la vie, pas même vos soucis Arnold H. Glasgow L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac

Rien ne dure toute la vie, pas même vos soucis Arnold H. Glasgow  L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac

Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.

Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.

Prends ton temps, la vie n’est qu’un moment. MC Solaar

Prends ton temps, la vie n’est qu’un moment. MC Solaar

Le spectacle de la nature est toujours beau. Aristote

Le spectacle de la nature est toujours beau. Aristote

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Edmond Rostand

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Edmond Rostand

«Cherchez les effets et les causes», – Nous disent les rêveurs moroses. – Des mots! des mots! cueillons les roses! Théodore de Banville

«Cherchez les effets et les causes», – Nous disent les rêveurs moroses. – Des mots! des mots! cueillons les roses! Théodore de Banville

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, – Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses. Charles Baudelaire

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, – Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses.  Charles Baudelaire

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte. Confucius

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte.  Confucius

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. Simone de Beauvoir

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir.  Simone de Beauvoir


bloG-NotE |
mariage leslie et olivier |
JuliaDeuche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chez pamella
| Roma antiqua
| seho