Archives pour la catégorie Norman rockwell

Norman Rockwell

Image hébergée par servimg.com Norman Rockwell ( 1894 -1978 )

 

Norman Percevel Rockwell est né à New York en 1894. Enfant, il présente des prédispositions naturelles pour le dessin et entre en 1908 à la Chase School of Fine and Applied Arts. En 1910, il abandonne ses études et entre à l’Art Students League of New York où il perfectionne sa technique auprès de George Bridgeman et Thomas Fogarty. À seize ans, il illustre son premier livre Tell my why, Stories et commence une longue collaboration avec le mouvement des boy-scouts des États-Unis en illustrant la revue Boy’s life. C’est en 1916 qu’il propose sa première couverture pour le magazine The Saturday Evening Post, dès lors il devient le peintre de l’Américain moyen et son nom est à jamais identifié à cette revue dont il réalise les plus célèbres illustrations et couvertures jusqu’en 1960. En 1935, il illustre les romans de Mark Twain Tom Sawyer et Huckleberry Finn. En 1943 il participe à l’effort de guerre en publiant l’affiche The Four Freedoms[1] distribuée dans le monde entier. Dans les années 1950, il est considéré comme le plus populaire des artistes américains et fait les portraits d’Eisenhower, Kennedy ou Nasser. Il peint son triple auto-portrait : par une mise en abyme, le peintre se peint en train de se peindre en se regardant dans un miroir.

Les années 1960 voient le déclin de l’illustration au profit de la photographie, le changement de directeur artistique amène Rockwell à quitter le Saturday Evening Post. À la fin des années 1960, il travaille pour la revue Look, et illustre des thèmes plus en relation avec les convulsions politiques du temps. Sa plus fameuse illustration pour Look représente une petite fille noire américaine se rendant à l’école escortée par des agents fédéraux, en pleine période ségrégationniste. Vers la fin de sa vie, il fera encore des affiches publicitaires et le calendrier des boy-scouts jusqu’en 1976. Norman Rockwell meurt à Stockbridge en 1978.

Sa peinture

L’art de Norman Rockwell se situe dans une période charnière de l’histoire de l’illustration, il est l’héritier de la tradition américaine du XIXe siècle et tout particulièrement d’Howard Pyle, qui en fut l’un des plus importants représentants par ses livres d’aventures, et qui l’influenca très profondément. À la suite de J.C.Leyendecker sa peinture sera représentative d’une nouvelle manière qui s’imposera avec le développement des magazines illustrés entre les années 1920 et 1950. Il fait la synthèse entre ces deux courants et, par son style précis et méticuleux, il annonce l’hyperréalisme.

Influences

Outre Pyle et Leyendecker, Norman Rockwell fut influencé par des maîtres de l’art occidental. Vermeer, Frans Hals, Chardin pour leurs scènes d’intérieurs, le Meissonier des peintures de genre, le portraitiste John Singer Sargent, on trouve aussi des réminiscences de Winslow Homer dans ses illustrations de Tom Sawyer. Les illustrateurs anglais de l’époque victorienne ont eu aussi une grande influence, tels ceux des ouvrages de Charles Dickens ou de Lewis Carroll, H.K Browne, Arthur Rackham ou John Tenniel.

À son tour, Norman Rockwell influencera nombre d’illustrateurs à travers le monde.

Technique

Norman Rockwell a expliqué clairement son travail technique dans deux ouvrages, My adventures as an illustrator et Rockwell on Rockwell : how I make a picture. Il commençait par choisir son sujet, dont il faisait plusieurs esquisses et croquis pour élaborer l’idée de départ, puis il réalisait un dessin au fusain très précis au format identique à celui de la toile définitive. Il reportait ce dessin sur la toile et commençait proprement dit la peinture. Il peignait à la peinture à l’huile très diluée à l’essence, chaque couche était recouverte de vernis à retoucher, ce qui aura des conséquences néfastes pour la conservation de certaines de ses toiles, le vernis jaunissant de manière irrémédiable.
À partir des années trente, Rockwell ajoute un nouvel auxiliaire à son travail, la photographie, qui lui permet de travailler avec ses modèles sans leur imposer des temps de pose trop longs, le procédé aura une influence sur son œuvre en orientant sa peinture vers le photoréalisme.

Style

Le style de Norman Rockwell a été qualifié de storyteller. Comme illustrateur, il faisait en sorte que ses œuvres soient en parfaite correspondance avec les textes qu’il illustrait (c’est le cas de Tom Sawyer). Pour ses couvertures de magazines, chaque détail avait un rôle dans la narration de la scène. Son travail a évolué d’un naturalisme hérité du XIXe siècle à une peinture plus réaliste et précise dans sa période la plus prolifique. Il use aussi de la caricature pour accentuer le caractère comique de certaines situations. (source wikipédia )

 

 

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.comImage hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com



Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Sondage

aimez vous ce nouveau look ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Votre Bonne Fee

ptit bout de femme

Un repère ..pour Vous!

juin 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Hello

VOUS TROUVEREZ:

L’amitié : c’est accepter chez les autres ce qu’on ne tolère pas chez soi.



Hostingpics

Vos réactions .

Rien ne dure toute la vie, pas même vos soucis Arnold H. Glasgow L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac

Rien ne dure toute la vie, pas même vos soucis Arnold H. Glasgow  L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac

Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.

Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose.

Prends ton temps, la vie n’est qu’un moment. MC Solaar

Prends ton temps, la vie n’est qu’un moment. MC Solaar

Le spectacle de la nature est toujours beau. Aristote

Le spectacle de la nature est toujours beau. Aristote

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Edmond Rostand

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Edmond Rostand

«Cherchez les effets et les causes», – Nous disent les rêveurs moroses. – Des mots! des mots! cueillons les roses! Théodore de Banville

«Cherchez les effets et les causes», – Nous disent les rêveurs moroses. – Des mots! des mots! cueillons les roses! Théodore de Banville

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, – Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses. Charles Baudelaire

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, – Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses.  Charles Baudelaire

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte. Confucius

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte.  Confucius

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. Simone de Beauvoir

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir.  Simone de Beauvoir


bloG-NotE |
mariage leslie et olivier |
JuliaDeuche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chez pamella
| Roma antiqua
| seho